Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/08/2009

Les Sentinelles T1 et 2.

dyn002_original_400_528_jpeg_2551150_bafeeef6892532197fd630e29cb25e8e.jpgTome 1 : Les moissons d’Acier,Tome 2 : La Marne

Dessin : Breccia Enrique – Scénario : Dorison Xavier
Editions Delcourt

Résumé (de l’éditeur):
À l'aube du XXe siècle, la "division Sentinelles" teste sa nouvelle arme : Taillefer, un soldat sur lequel ont été greffés des membres métalliques. Le soldat d'acier semble indestructible... Jusqu'à ce que ses batteries tombent à plat. Alors, lorsqu'un jeune scientifique conçoit la pile au radium, l'armée relance le projet et entrevoit de le tester dans le sang, le feu et la boue des tranchées.


Mon avis :
C’est la nouvelle série de Dorison dont certains prédisent déjà une longue vie et un grand succès d’édition. C’est pourtant une série qui a vu la première édition du premier tome sortir chez Robert Laffont, puis connaître de gros problèmes d’édition et la revente pour enfin ressortir chez Delcourt en même temps que le tome 2…Voilà déjà une série qui a connu une histoire mouvementée. Comme quoi, il ne suffit pas d’avoir des bons auteurs et une bonne BD pour connaître le succès, il faut encore avoir toute la logistique et le marketing qui suivent…Pour en revenir à la série elle-même, je pense que cette série mérite tout le bien que l’on peut lire ça et là dans les médias qui s’intéressent de près ou de loin à la BD.
Ce qu’on peut dire au niveau du scénario, c’est qu’il s’agit d’un récit « historique fiction »…Que se serait-il passé si…la pile au radium avait existé en 1914 et  avait permis de transformer des soldats infirmes en supers soldats, héros de la nation? Dorison en profite pour décrire avec minutie « La Grande Guerre » dans sa triste réalité, les boucheries au front, les ordres des gradés dignes de pratiques du Moyen-âge, un patriotisme exacerbé à un tel point qu’il en devient caricatural à la lumière du XXIe siècle…Les corps explosent, les cadavres se ramassent à la pelle…encore faut-il qu’on ait le temps de leur donner une sépulture. Les hôpitaux de campagne sont des mouroirs où il n’y a que peu de chances d’en sortir vivant…Tardi a déjà décrit cette période de l’Histoire, dans son style bien particulier et en noir et blanc. Dorison fait de même, mais malgré tout différente : de façon crue, avec une palette de couleur pâle et sombre. Il fait appel aussi à des vraies photos d’époque qui sont intégrées dans l’histoire en couleur sépia. Mais ce qui frappe surtout, c’est le style déjanté donné à l’action, le héros avec son étendard français qui est prêt à donner sa vie pour sauver la Patrie…C’est moins humoristique que Superdupont de Gotlib, mais la caricature, l’esprit  ne sont pas loin. Le contexte historique ne s’y prête pas et pourtant on y pense par moment…Cela nous donne un scénario original avec un angle d’attaque tout à fait original entre cauchemar et farce, entre sublime et dérisoire…Breccia met son style très personnel au service de ce scénario. Cela nous donne un graphisme abouti, des personnages bien typés et bien différentiés, un dessin aux détails chirurgicaux (au sens premier et second).Une réussite en tout cas et un graphisme qui sert bien l’histoire, qui appuie sur le côté grandiloquent, sublime ou grotesque.
En conclusion, j’ai dévoré d’une traite les deux tomes et j’ai trouvé ce récit très bien documenté mais à lire par moment avec ce brin d’humour et de recul indispensable pour apprécier cette histoire. C’est très spécial mais bien foutu. Le tome 3 s’appellera « Ypres ». C’est la bataille de l’Yser, les inondations provoquées, l’Ypérite, les gazages des tranchées,…Encore un épisode passionnant de la « La Grande Guerre » dont j’attends avec impatience le traitement de choc par Dorison. Lecture chaudement conseillée.
surprises.smileysmiley.com.8

On en parle sur le forum.
Capitol.

sentinelles2v_

Les commentaires sont fermés.