Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/10/2009

LA PRINCESSE DU SANG – Première partie

dyn003_original_336_442_jpeg_2551150_2a0373191cf7454c08fbfa5d1e52e1ac.jpgDessin : Cabanes-  Scénario : d’après le roman de Jean-Patrick Manchette
Adaptation Doug Headline
Collection Air Libre
Editions Dupuis


Résumé (de l’éditeur) : 1950. Sur une plage de l'Atlantique, le kidnapping d'une petite fille tourne au massacre. Maurer, unique survivant de ce sanglant affrontement, disparaît en emmenant la fillette, Alba.1er janvier 1956. Une année de tempêtes commence... Comme tous les ans, la jeune photographe Ivory Pearl vient passer le réveillon en Normandie chez son protecteur, l'ancien officier de la Royal Air Force, Robert Messenger.
À 27 ans, Ivy est une photographe célèbre pour ses reportages violents sur les champs de bataille et pour son mépris du danger. Mais Ivy est fatiguée et elle a décidé de passer l'année dans un endroit isolé. Elle s'y reposera de la violence en photographiant la nature.
Pour des raisons connues de lui seul, Messenger profite de cette occasion et la persuade de partir à Cuba, dans la Sierra Maestria, impliquant Ivy à son insu dans une opération des services du contre-espionnage français visant à mettre hors course Aaron Black, trafiquant d'armes international et oncle d'Alba, qui a commandité le kidnapping de sa nièce 6 ans plus tôt.


Mon avis :
Il s’agit en réalité de l’adaptation d’un roman posthume de Manchette décédé en 1995. L’adaptation du scénario a été faite par son fils Doug Headline et Cabanes s’est appliqué à le transposer en BD. Je ne connais pas le roman original mais d’après ce que j’ai lu à gauche et à droite, l’adaptation est assez fidèle au niveau du découpage et du rythme de narration. Alors, que faut-il penser de ce roman « Air Libre » de chez Dupuis qui n’a pas lésiné pour en faire une bonne publicité ? Le résultat est plutôt bon. Il s’agit d’abord d’un roman noir qui mêle aussi du polard, de l’aventure, de l’action, de la géopolitique (les années 50 : Budapest, Cuba,…). Le problème, c’est que différentes époques se succèdent, différents personnages dont, à la fin du premier tome, on ne sait pas encore quels sont les raisons de leur implication dans l’histoire…Ces éléments peuvent bien entendu désorienter le lecteur mais c’est Manchette qui l’a voulu ainsi et il faut parfois prendre le temps de revenir en arrière pour relire certains passages et bien comprendre ce qui peut être compris à ce moment de l’histoire. Les auteurs nous réclament une exigence de lecture. Il est évident  que l’histoire va se décanter dans le second tome et que l’on va pouvoir compléter le puzzle avec les pièces manquantes. C’est le seul bémol de cet ouvrage. Il va falloir attendre la suite. Le dessin de Cabanes, dans le style réaliste, sert très bien l’histoire, le travail graphique est excellent. Par contre, je suis plus circonspect pour l’emploi des couleurs Les aplats saturés (les bleus entre autres) côtoient des couleurs plus douces, plus parcimonieuses. Le résultat est détonnant et très contrasté, pas toujours du meilleur goût…C’est un avis personnel.
Une Bd ambitieuse de 76 planches qui se laisse lire avec plaisir mais dont on attendra le second tome pour se faire un avis définitif.
surprises.smileysmiley.com.7
On en parle sur ton forum.
CAPITOL.

princesseDuSangLa12_

Les commentaires sont fermés.