Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/12/2009

L'interview de David Ratte.

David ratte (Auteur du Voyage des pères, Toxic planet et Majipoor)a eu la gentillesse de bien répondre à quelques questions de votre serviteur.

dratte001

1. Comment t'es venu l'idée de raconter une histoire sur les pères des apôtres ?

Par une belle nuit de pleine lune, le ciel s’est ouvert et j’ai reçu une vision divine. A moins que ce ne soit lors d’une promenade en forêt quand un buisson en flammes m’a parlé ! Non je plaisante !
J’ai eu cette idée un beau jour sous la douche. Bien sûr elle était le fruit de choses plus ou moins conscientes que j’avais emmagasiné dans un coin de mon cerveau : lectures, films, réflexions, associations d’idées ... Toujours est-il que l’ensemble s’est mis en place dans ma tête sous la douche (comme quoi il est bon d’avoir de bonnes habitudes d’hygiène !). En sortant de ma salle de bain, j’ai sauté sur mon ordinateur pour proposer l’idée à Pierre Paquet, mon éditeur. Je lui ai fait un premier mail avec juste le titre, puis un second avec 5 lignes de pitch. Il m’a dit « banco » et m’a immédiatement envoyé un contrat. Le voyage des pères était né !


voyage-peres-t2-david-ratte-L-12. Un sujet qui aurait pu être casse gueule, tu n'as pas eu des craintes vis-à-vis de réactions des « religieux » ?

Même si j’ai essayé de rester le plus neutre et le plus respectueux possible par rapport à la question de la foi, j’avoue qu’après avoir fini la réalisation du tome 1, j’ai eu une sorte de frayeur ... J’ai craint que l’album ne trouve pas son public, ni du côté croyant ni du côté athée ... Finalement j’ai été rassuré assez vite, chaque type de lecteur pouvant s’identifier à l’un des 3 pères de l’histoire. Les « religieux » m’ont même décerné le prix de la BD chrétienne !

3. Le VDP est une série avec énormément d'humour, c'est un moyen pour faire passer un message qui lui serait plus sérieux ?

Je ne sais pas s’il y a vraiment un message dans le VDP. Il y a surtout une réflexion sur certains grands  thèmes : La foi, la tolérance, la relation père-fils ... Ce qui m’intéresse ce n’est pas de donner des réponses ou d’exprimer des opinions personnelles, mais plutôt de me poser des questions et d’essayer de comprendre les opinions des autres.

4. Jonas ne ressemble t'il pas à notre société actuelle?

Il me ressemble surtout à moi ! Le côté râleur, la mauvaise foi, le cynisme ... Bon, attention ! Je ne suis pas toujours comme ça ! Mais ce sont quelques-uns de mes défauts ... et quand on y réfléchit, ce sont aussi quelques-uns des défauts de la société actuelle.

5. Les percepteurs d'impôt sont ils réellement la plaie de l'humanité ?
Oulala ! Attention ! Je n’ai jamais dis ça ! Soyons clairs ! J’aime les percepteurs d’impôts ! Les percepteurs d’impôts sont mes amis !
Par contre, au 1er siècle, ils étaient plutôt mal vus. C’était souvent des Juifs qui trahissaient leur peuple en travaillant pour les Romains. Et en plus ils trahissaient aussi les Romains en détournant l’argent. Bref ils étaient considérés comme des pêcheurs irrécupérables.

60311_7
6 Le tome 3 des VDP sera il l'épilogue de cette série et pour quand peut-on l'attendre dans les librairies ?

En effet, le VDP se terminera avec le tome 3. Si tout va bien, il devrait paraître au printemps ou à l’été 2010.


60312_7


7. L'humour dans le VDP est vraiment excellent, est ce facile de la retranscrire dans une BD ?

En fait, je ne me pose pas vraiment la question dans ces termes. Je ne suis pas un auteur besogneux qui réfléchit pendant des heures à un bon mot ou une mise en scène.
Je travaille beaucoup à l’instinct. Les idées drôles (en tout cas, les idées qui me font rire) me viennent assez naturellement au fur et à mesure que je dessine. Je les écris rarement d’avance. J’ai besoin de voir mes personnages en situation. À ce stade, je ne me pose pas beaucoup de question. Si l’idée me fait rire ... alors je l’utilise, quitte à dévier un peu de mon canevas originel.
Ce mode de fonctionnement comporte certains risques en terme d’homogénéité ... mais je l’avoue, je ne sais pas faire autrement.


Majiipoor tome 18. Pour faire la transition vers Majipoor, j'ai remarqué que c'est deux fois des femmes qui s'occupent de la colorisation, c'est un hasard ou alors recherchais-tu une sensibilité toute féminine pour réaliser la colorisation ou bien es tu un grand séducteur?

C’est un pur hasard. Sylvie Sabater m’a été présentée par Pierre Paquet, et Myriam Lavialle par Olivier Jouvray. Mais je dois reconnaître que j’apprécie de travailler avec des femmes. Et ça n’a rien à voir avec la séduction ! C’est juste que j’ai grandi entouré de femmes. Ensuite en entreprise j’ai toujours travaillé avec des femmes. Et aujourd’hui, que ce soit chez Paquet ou chez Soleil, mes interlocuteurs sont presque exclusivement des interlocutrices.
En fait, Olivier Jouvray est une sorte d’exception dans mon paysage professionnel !


9. Dans Majipoor , on découvre réellement une autre facette de  David Ratte avec un dessin nettement plus réaliste, imaginatif  avec tout un monde à créer de toute pièce, ça dû être un fameux challenge à relever ?

Et c’est l’une des choses qui m’a motivé à accepter ce projet. Je voulais m’ouvrir de nouveaux horizons graphiques. Au début ça a été un peu compliqué. Je n’arrivais pas à m’affranchir du style du VDP. Les premiers croquis que j’ai faits pour Majipoor étaient catastrophiques. Et puis j’ai eu une sorte de déclic. J’ai changé d’outils (j’ai abandonné le feutre au profit du pinceau japonais), j’ai changé de format de travail, j’ai arrêté de faire des croquis et je me suis lancé directement sur une planche test ... et là, ça a fonctionné !
Je ne suis pas forcément satisfait de tout ce que j’ai dessiné dans le 1er tome. Je suis très loin de maîtriser le style réaliste, mais j’apprends au fur et à mesure. Majipoor est pour moi une sorte de laboratoire dans lequel j’expérimente de nouvelles techniques graphiques et narratives.


10. Les regards de tes personnages sont remplis d'émotions, c'est un point que tu juges important pour faire passer un sentiment vers le lecteur ?

Absolument ! Pour moi l’émotion est capitale.
J’aime faire passer des choses à travers le regard de mes personnages ... alors dès que le scénario s’y prête, je me lâche !


11A. Carabella est vraiment trop mignonne, a elle un modèle dans la vraie vie ?

Hé ! Hé ! Joker !


david-ratte-paquet-750393

11. Un Majipoor te prend il plus de temps qu'un VDP à réaliser ?

Oui ! Tout simplement parce que je travaille à un format 2 fois plus grand et qu’il y a 2 fois plus de cases par planche. Les planches du VDP sont au format A3 tandis que celles de Majipoor sont en A2.

12. Peux-tu nous dire comment tu travailles pour réaliser une planche ?

Je travaille à l’ancienne. Papier, crayon bleu, encrage. Rien de très original.
En dernier recours je me sers de photoshop pour quelques corrections mais ça reste assez léger. C’est un outil que je ne maîtrise pas assez pour en faire un usage intense.
Et puis, j’aime le contact du papier ...

Mon travail est bien sûr différent sur le VDP et sur Majipoor.


Pour le VDP j’écris mon scénario scène par scène en notant tout un tas de dialogues dans lesquels je pioche au moment de la réalisation finale. Je ne fais pratiquement pas de story board. Je gribouille directement sur la planche et je me lance.

Pour Majipoor je me base sur le scénario d’Olivier. Là je fais un petit story-board format post-it pour voir comment je vais tout faire rentrer. En général je travaille sur plusieurs planches en même temps et je me concentre d’abord sur les cases qui me semblent les plus importantes ou qui m’inspirent le plus. Si je bute sur une case, je la laisse de côté jusqu’à ce que je trouve la bonne idée ou le bon angle de vue. Une case crayonnée est immédiatement encrée. Par contre, en général je fais d’abord tous les premiers plans et je travaille sur les arrières plans par la suite. Cette méthode de travail peut sembler assez décousue et ferait certainement hurler la plupart des auteurs, mais c’est celle qui me réussit le plus tout en préservant au maximum la spontanéité.


inter22_olivier_s13. Comment se passe la collaboration avec Olivier Jouvray ?

Très bien ! Olivier a compris que je suis moi-même scénariste donc il me laisse beaucoup de liberté au niveau de la mise en scène. Il me fournit un scénario ou chaque planche est écrite comme un roman avec dialogues et descriptifs de l’action. Mais il me laisse décider du nombre de cases, de leur forme, du rythme, etc ... et ça me convient très bien.
Pour moi la mise en scène est la partie la plus enthousiasmante du travail d’auteur, alors j’aurais du mal à collaborer avec un scénariste qui m’imposerait le nombre de cases, leur contenu exact, etc ... Je sais que beaucoup de scénaristes travaillent de cette façon, mais pour moi, c’est cantonner le dessinateur à un rôle de simple exécutant. Très peu pour moi.
Du coup, je dessine chaque planche et je ne la soumets à Olivier qu’une fois qu’elle est entièrement terminée. Je ne lui propose pas de story-board, mais un produit fini dans lequel j’ai le sentiment d’avoir tout donné. Et si ça ne lui convient pas, je recommence, je modifie, je m’adapte.
Encore une façon de faire qui peut sembler peu cohérente, mais il n’y a que comme ça que je m’éclate !   


ratte-772430



14. Connaissais-tu l'oeuvre de Silverberg avant de la mettre en BD ?

Oui ! J’ai découvert l’univers de Majipoor à l’age de 16 ans. Et depuis je suis un fan inconditionnel de Silverberg. Il fait partie de mes 2 écrivains préférés (l’autre étant Emile Zola). J’achète tout ce qu’il écrit. Chaque fois que j’entre dans une librairie, je regarde s’ils n’ont pas un Silverberg qui me manque ! Et si j’en trouve un, c’est la fête !
J’ai relu la plupart de ses romans plusieurs fois et en particulier « Le château de Lord Valentin » qui sert de base à notre adaptation BD.
Alors autant dire que quand Olivier m’a appelé pour me proposer de travailler sur cette adaptation ... là aussi c’était la fête !

15. Qui sont tes premiers lecteurs ?

Ma femme ... mes enfants.

16  Vu tes 3 séries actuelles, j'ai l'impression que tu n'aimerais pas être enfermé dans un style bien défini, vers quoi voudrais-tu ensuite te diriger ?

Un jour, un célèbre scénariste m’a dit que je devais choisir au maximum 2 styles et ne plus en sortir pour ne pas dérouter le lecteur.
Raisonner de cette façon est au-dessus de mes forces ! J’aime trop la BD pour me restreindre à un ou deux genres.
J’ai actuellement une dizaine de projets en tête et chacun correspond à un univers différent.
Malheureusement, je n’ai pas le temps de tout faire et j’en éprouve une immense frustration. Sans compter que je n’ai pas l’intention de laisser tomber pour autant les style du VDP et de Majipoor.
Bref, tout ça est bien compliqué !
Mes envies du moment vont plutôt vers le roman graphique. Je prépare actuellement 2 projets qui je l’espère séduiront un éditeur.

17 .Ton coup de coeur BD du moment irait pour ?

798479804Pico Bogue chez Dargaud.
C’est drôle et en plus c’est joli !

Commentaires

vraiment très sympa et quel talent

Écrit par : jean-marie | 09/12/2009

Et oui jean Marie, très sympa en effet.
Le voyage des pères est une série à découvrir assurément.

Écrit par : samba | 09/12/2009

Les commentaires sont fermés.