Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

30/09/2010

BLACKSAD - Tome 4: L'Enfer, le silence.

113281_c-thumb.jpg

 

Dessin: Juanjo Guarnido - Scénario : Juan Diaz Canales

Editions Dargaud

Sortie le  17/09/2010

Prix conseillé : 13,50 €

Genre : Polar animalier

Résumé (de l’éditeur) : Années 1950, La Nouvelle-Orléans, où la fête de Mardi gras bat son plein. Grâce à Weekly, un producteur de jazz dénommé Faust fait la connaissance de Blacksad. Faust demande à ce dernier de s'occuper d'une affaire : un de ses musiciens, le pianiste Sebastian, a disparu. Il n'a pas donné signe de vie depuis des mois, mettant en péril le label musical privé d'une star. Faust craint que Sebastian ait, une fois de trop, sombré dans la drogue. Sa requête est d'autant plus pressante que Faust se sait atteint d'un cancer. Blacksad accepte la mission et découvre peu à peu que Faust ne lui a pas tout dit. Il s'aperçoit qu'il est lui-même manipulé, mais décide tout de même de retrouver Sebastian pour comprendre les raisons de sa disparition. Il ne sait pas encore qu'il va connaître son enquête la plus éprouvante, à plus d'un égard.


Mon avis : La sortie d’un nouveau Blacksad est toujours un événement, d’autant plus que l’attente a été longue, très longue. Il a fallu attendre près de cinq ans depuis la sortie du dernier tome en novembre 2005.En effet, dans l’intervalle, les auteurs se sont consacrés à d’autres projets.

Autant le dire de suite, cet album répond à l’attente. L’histoire, l’enquête, est bien ficelée et se déroule dans le milieu du jazz à la Nouvelle Orléans. Cette ville du sud des Etats-Unis est en réalité le personnage central de l’album puisque la totalité du récit se passe dans cette ville. A noter qu’une des scènes principales du livre se déroule pendant son carnaval et nous vaut à l’occasion quelques belles planches très colorées de Guarnido. Le dessin est toujours du même niveau, excellent. Les couleurs, tantôt très présentes et vives, tantôt plus sombres (c’est un polar !) ont une place très importante dans la narration et le rythme qui lui est imprimé.

Les personnages, des animaux, sont bien caricaturés et collent bien aux caractères des personnalités en scène. C’est un vrai plaisir que de lire cette BD, la magie continue…

8 /10

Capitol.

On en parle sur le forum : ICI.

Les commentaires sont fermés.