Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/10/2010

LES TUNIQUES BLEUES - Tome 54: Miss Walker

2260617652.jpg

Dessin : Willy Lambil

Scénario : Raoul Cauvin

Editions Dupuis

Sortie le  01/10/2010

Prix conseillé : 9,95 €

Genre : Humour/Western

Résumé (de l’éditeur) : Un nouveau médecin est arrivé au campement des Bleus : le Dr Mary Edward Walker n'est pas du genre à se considérer comme une faible femme et à se laisser marcher sur les pieds par quiconque, gradé ou pas ! Flairant la bonne planque, Blutch s'est empressé de se mettre sur les rangs pour assister le nouveau médecin à l'infirmerie. Mauvais calcul... Mary Edward Walker n'a pas du tout l'intention de le laisser se la couler douce, pour la plus grande joie de Chesterfield. Mais ce à quoi personne ne s'attend, c'est que le franc parler de Mary Edward Walker va réveiller la conscience des soldats sur les dangers réels de la guerre. Une prise de conscience qui ne fait pas vraiment l'affaire de l'Etat-Major...

 


Mon avis : Lors de ma dernière chronique des Tuniques bleues (tome 53), j’avais décrit toute ma déception. J’estimais que le traitement du scénario avait complètement raté sa cible. C’est donc avec appréhension que j’ai commencé ce 54e tome consacré au Docteur Mary Walker, un personnage qui a réellement existé. A nouveau, Cauvin plonge dans l’histoire de la guerre de sécession pour trouver une histoire avec une base véridique. Mais cette fois, l’auteur a tiré tout le potentiel du sujet pour en faire un scénario enlevé, à la sauce Chesterfield et Blutch, avec cette pincée d’humour qui caractérise la série. Cauvin nous a donc concocté un bon scénario et du coup la lecture a été facile et agréable. Lambil nous livre toujours un dessin impeccable et sans surprise. Le personnage Docteur Mary Walker bénéficie d’un dessin plus conventionnel et moins caricatural que les autres personnages, personnage historique oblige… Pour les amateurs de western et d’humour.

7,0 /10

Capitol.

On en parle sur le Forum : ICI.

Les commentaires sont fermés.