Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

17/12/2010

BORGIA - Tome 4: Tout est vanité.

118042_c-thumb.jpg

 

Dessin : Manara - Scénario : Jodorowsky

Editions Drugstore

Sortie le  01/12/2010

Prix conseillé : 13,90 €

BD Adulte

Genre : Historique/Erotique

Résumé (de l’éditeur) : Sexe, pouvoir et sang : la fin du règne tumultueux de la famille Borgia. La famille Borgia a défrayé la chronique au XVe siècle, en donnant à l’Italie et au monde chrétien deux papes d’une sulfureuse renommée. Les Borgia furent accusés entre autres de simonie, d’empoisonnement, de fratricide et d’inceste… ils incarnent les plus flamboyants symboles de la décadence de l’Église à la fin du Moyen Âge et, par bien des aspects, en tenant Rome et la chrétienté sous leur joug, sont les premiers parrains de l’Histoire. Violence, luxure, manipulation et conspirations au Vatican forment la trame de cette épopée historique


Mon avis : Un sticker rouge collé sur la couverture annonce la donne : « L’épilogue sanglant de la saga - pour public averti ». Tout est dit, on ne peut être plus clair ! Les auteurs nous racontent l’apogée puis le déclin et la fin des Borgia. Ce n’est qu’un chapelet de morts violentes, souvent mûrement préméditées. De plus, ces mises à mort relèvent plus du supplice. Elles sont exécutées, pimentées avec un cynisme et un raffinement certain. Rien ne tourne rond dans cette famille, dans cette société…Lucrèce est appelée « la putain incestueuse ».Elle  empoisonne et humilie ses proches à tour de bras. Le père Borgia est un pape pas très catholique et qui n’a de pape que le nom. César, le fils, tue son frère Juan pour prendre la première place de la succession de son père. Et j’en passe et des bien pires… Evidemment, les mœurs sexuelles sont plus que « borderline »…On a droit à tout les détails qui tuent…Les Borgia sont vraiment infréquentables et on voit bien que les auteurs prennent un malin plaisir à décrire tout cela par le détail…Même ce brave Léonard de Vinci est mis à contribution ! Il va s’ingénier à construire des machines de guerre dévastatrices moyennant une liaison avec le fils Borgia….C’est un livre d’histoire que l’on feuillette avec fracas à coup de boucheries innommables…Le dessin de Manara est en couleurs directes et il allie très bien ce mélange de séduction trouble et de dégoût alors que Jodorowsky, un autre monument de la BD, donne le maximum de son talent pour un sujet qu’il connaît et a étudié sur le bout des doigts. C’est probablement le sujet qui le tient le plus à cœur. C’est fort, c’est violent et on n’en sort pas indemne. Certains lecteurs ne termineront probablement pas l’album, dégoûtés, et je peux tout à fait le comprendre. Il faut vraiment avoir le cœur bien accroché.Pour lecteurs avertis, en effet.

7/10

Capitol.

On en parle sur le Forum : ICI.

Verso_118042.jpg

Les commentaires sont fermés.